Autres journaux :


mardi 22 mai 2012 à 15:57

Jeux de Saône-et-Loire à Gueugnon

Christophe Trivino dresse le bilan



 

“Coup de chapeau aux bénévoles

et aux équipes municipales !”

 

 

 

Dimanche soir, Christophe Trivino était très ému. Ému par ces Jeux qui “marquent un Homme, un jeune, une vie”. Ému par l’engouement populaire et  la mobilisation de tous les bénévoles.
Au moment d’éteindre la flamme et de fermer ces 7es Jeux de Saône-et-Loire, l’adjoint aux sports de Gueugnon s’est souvenu de ces quatre années de travail et de préparation avec toute son équipe, sans qui cette édition n’aurait pas été un succès.
Avec Franck Charlier, adjoint en charge de l’Emploi et de l’insertion, il dresse un premier bilan, à chaud.

 

 

 

 

 

 

Charolais news : Ces Jeux se sont-ils passés aussi bien que vous l’espériez ?

 

Christophe Trivino : On avait peur que le stade Jean Laville paraisse vide lors de la cérémonie d’ouverture au regard de sa taille et, finalement, les évènements nous ont donné raison puisqu’on a eu plus de 6 000 personnes. C’est déjà une grosse satisfaction !
L’autre motif de satisfaction, c’est que j’ai vu tout au long de ce week-end  des jeunes qui ont participé aux épreuves avec un engouement extraordinaire, avec leur cœur. J’ai vu des yeux briller, des gens heureux de participer à ces Jeux. Des parents, des bénévoles, des éducateurs qui ont vraiment joué le jeu !
Cela aurait pu être un soufflet avec le plein à Jean Laville et peu de monde autour des évènements sportifs. Mais on a fait le tour de toutes les installations avec Bernard Ponceblanc et c’était plein partout. C’était vraiment vivant.
Ce succès, c’est mieux que ce que l’on espérait ! J’ai vu les premiers Jeux à Montceau. Si je compare, ça n’a rien à voir en ce qui concerne la participation de la jeunesse. Je ne pensait pas qu’on aurait eu autant de monde sur les manifestations sportives. C’est donc une énorme satisfaction.

 

 

 

C. N. : Gueugnon, plus que jamais ville sportive alors ?

 

C. T. :  Tout à fait ! Je savais que nos clubs locaux, sportifs et culturels, savaient organiser. On a une culture de l’organisation ici, à Gueugnon ! Mais ils m’ont vraiment bluffé parce qu’ils ont démontré qu’ils étaient aussi capable d’organiser de belle manière les grands évènements. Je leur tire mon chapeau.

 

Franck Charlier : Et quel message pour la jeunesse ! Ce qui m’a vraiment marqué c’est l’état d’esprit qui régnait lors des compétitions sportives ! Il n’y a pas eu de mauvais gestes. Quand un jeune faisait une faute, il serrait immédiatement la main de son adversaire et on se quittait bons amis ! Cela prouve bien que notre jeunesse, quand on lui donne un but, une passion, une pratique sportive et un encadrement de qualité, elle répond présente. Avoir 40 00 jeunes à Gueugnon, c’était un challenge. On l’a réussi !

 

 

L'accueil de la flamme au Conseil général et à la préfecture de Mâcon restera un des grands souvenirs de Christophe Trivino

 

 

 

C. N. : On peut justement espérer que cela les motive à continuer et que cela incite aussi d’autres jeunes à faire du sport ?

 

C. T. : Exactement. Cela serait vraiment une surprise si l’engouement vu lors de ces Jeux restait sans lendemain. Ces jeunes vont être marqués par ce qu’ils ont vécu : on avait ici des sportifs accomplis, mais aussi des jeunes qui découvraient le sport ! Les Jeux vont leur laisser un souvenir indélébile, ils vont s’en rappeler. Un médaille pour nous adultes, ça ne veut pas dire grand chose, pour eux si ! Ils l’ont mérité, ont transpiré sur les terrains ou les tatamis pour avoir l’or, l’argent ou le bronze. Ce sont des moments forts.
Je serais donc surpris qu’il n’y ait pas de lendemain.

 

 

C. N. : Quels sports avez-vous découvert ?

 

C. T. : Je peux parler de l’escrime. La présidente du club de Paray a commencé à poser des jalons. Je l’ai rencontrée lors de la cérémonie d’ouverture. Comme je suis quelqu’un de curieux de nature, je ne ferme pas les portes. C’est un des rares sports qui n’est pas pratiqué à Gueugnon. Si on a un éducateur pour encadré les jeunes, pourquoi pas faire découvrir l’escrime aux jeunes gueugnonnais, au même titre que la boxe depuis deux ans.  Certes on a énormément de sports à Gueugnon et les salles ne sont pas extensibles, mais si on a une possibilité, on va ouvrir avec grand plaisir nos portes à ce sport.

 

 

Dans quatre ans, la flamme sera de retour à Gueugnon… Mais cette fois-ci c'est Christophe Trivino qui passera le relais à la nouvelle ville organisatrice !

 

 

C. N. : Vous avez soulevé l’engouement de la jeunesse, mais on doit aussi saluer celui des organisateurs et des bénévoles…

 

F. C. : On souhaite effectivement remercier les gens du CDOS (Comité départemental olympique et sportif) et les animateurs qui se sont  investis, ainsi que l’ensemble des salariés de la Ville de Gueugnon. Au total, une cinquantaine de personnes ont participé à l’organisation de ces Jeux sur le week-end.

Il faut tirer à tout ce monde un grand coup de chapeau. C’est une gageure de développer toutes ces disciplines sur autant de sites éclatés : à Vendenesse, à Chazey, mais aussi dans toute la ville. Cela nécessite une logistique lourde, quatre ans de préparation ! Sans nos salariés et les dirigeants de clubs, on n’y serait pas arrivé. Tout le monde a vraiment joué le jeu.

 

 

 

 

Propos recueillis par Delphine CRESSON

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer