Autres journaux :


jeudi 6 août 2020 à 11:27

“Prime aux intervenants à domicile..” (Politique)

"... un premier pas vers une reconnaissance indispensable de ces métiers essentiels au maintien des personnes à domicile" pour Josiane Corneloup, députée de Saône-et-Loire, 2ème circonscription





Communiqué

 

 

 

 

“160 M€, c’est l’enveloppe attribuée pour le versement d’une prime aux intervenants des services d’aide à domicile, à raison de 80 M€ par l’État et 80 M€ par les Départements de France. Je suis très heureuse que cette annonce d’Emmanuel Macron réponde enfin à notre mobilisation en faveur de ces personnels dont les métiers pourtant essentiels restent peu attractifs. Depuis le début de mon mandat, lors de chaque discussion du projet de loi de financement de la sécurité sociale, j’ai insisté sur l’urgence de revaloriser ces métiers eu égard à l’allongement de la durée de vie de nos concitoyens dont une majorité souhaite rester le plus longtemps possible à son domicile.

 

La prime annoncée par le Président de la République est, je l’espère, un premier pas vers la reconnaissance des intervenants à domicile. Elle fait écho aux demandes que j’ai formulées avec un certain nombre de mes collègues auprès du gouvernement qui a mis du temps à se rallier à notre position ; en effet, cette prime qui initialement n’avait pas été prévue, a ensuite été accordée sans toutefois être financée.

 

J’ai reçu à de nombreuses reprises à ma permanence des salariées de différents services d’aides à domicile qui m’ont fait part de leurs difficultés, de leur incompréhension quant au non-versement de cette prime exceptionnelle et de leurs propositions légitimes et propices à revaloriser une profession indispensable à la vie de millions de Français et de Françaises.

 

J’ai ensuite, sur la base de leurs témoignages, rédigé un courrier au ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, pour le sensibiliser sur le travail admirable qu’ont effectué durant la période de confinement les centaines de milliers d’aides à domicile s’occupant quotidiennement de personnes âgées ou handicapées, pour des salaires modestes. Lors de l’épidémie, elles ont continué d’assurer la prise en charge d’une population à risque, parfois sans équipement de protection individuelle pour elles et les personnes dont elles avaient la responsabilité.

 

J’ai insisté plusieurs fois auprès du ministre de la Santé afin que ne soit pas ignoré le travail de ces professionnels auxquels il était juste de verser une prime exceptionnelle équivalente à celle perçue par les personnels des établissements hospitaliers.

 

Il est désormais indispensable, dans le cadre du projet de loi « grand âge » qui sera examiné en fin d’année, qu’un vrai statut des métiers des services à la personne impliquant une meilleure rémunération, un droit la formation, soit défini et devienne attractif et gratifiant pour des hommes et des femmes souhaitant se consacrer à la prise en charge des personnes âgées ou handicapées.

 

Puisse le versement de cette prime amplement méritée annoncer une prise de conscience des pouvoirs publics et entraîner une profonde réforme de ce qui constitue un enjeu de société majeur.”

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer