Autres journaux :


dimanche 24 mai 2020 à 06:23

France  : quand les restaurants vont-ils pouvoir rouvrir ? (Economie)

Et 55 millions d’euros débloqués pour le fonds de solidarité au titre du mois d’avril



France  : quand les restaurants vont-ils pouvoir rouvrir ? (Economie)

 



 

Ce vendredi en fin d’après-midi Bernard SCHMELTZ, Préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté, Préfet de la Côte-d’Or tenait une nouvelle fois une audioconférence de presse en présence de Pierre PRIBILE, Directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS) de Bourgogne-Franche-Comté, de Jean-François CHANET, Recteur académique de la région Bourgogne-Franche-Comté, Recteur de l’Académie de Besançon, Nathalie ALBERT-MORETTI, Rectrice de l’Académie de Dijon, Jean-Paul CATANESE, Directeur régional des Finances publiques Bourgogne Franche-Comté et Jean RIBEIL, Directeur de la Direccte Bourgogne-Franche-Comté.

Jean-Paul Catanese a fait le point sur la reprise des activités de la part des services de l’État et particulièrement des services des finances publiques : plus de 50 % des effectifs étaient présents dans les services. Au total, ce sont 75 % d’effectifs qui sont opérationnels pour assurer le versement des paies des agents, les dépenses de l’État, des hôpitaux etc.

Le directeur régional des finances publiques a rappelé qu’il était temps de déclarer ses revenus : jusqu’au 8 juin sur internet, et 12 juin en version papier. Les taux de télédéclarants sont conformes aux attentes du service des finances publiques. Et il est rappelé qu’à présent les déclarations sont pré-remplies permettant après vérification de les renvoyer très rapidement si aucune modification n’est nécessaire. Sinon privilégiez les appels téléphoniques pour accéder aux conseils des agents des finances publiques.

40 500 demandes pour le fonds de solidarité au titre du mois d’avril

Concernant le fonds de solidarité, autre actualité importante pour les finances publiques, Jean-Paul Catanese a rappelé que 39 000 demandes avaient été déposées dans la région au titre du mois de mars pour un total de versements de 51,6 millions d’euros. Et ce sont 40 500 demandes qui ont été déposées au mois d’avril pour un total de versements de 55 millions d’euros.

En outre le dispositif a été assoupli pour permettre au plus grand nombre d’y avoir accès.

Les entreprises pourront déposer leurs demandes pour le mois de mai.

Le service des finances publiques attend les textes concernant les prolongations du fonds de solidarité pour les secteurs les plus touchés.

En Bourgogne Franche-Comté, 5500 entreprises ont aussi fait appel à d’autres aides, tels le report de versements, correspondant au total à 72 millions d’euros.

Maintien de l’activité partielle et contrôles

Jean RIBEIL, Directeur de la Direccte Bourgogne-Franche-Comté a poursuivi le point économique en évoquant l’activité partielle pour laquelle 182 millions d’heures ont fait l’objet d’autorisations préalables. Les demandes d’indemnisation atteignent 227,2 millions d’euros. 13,2 % des demandes préalables ont été consommées.

224 811 salariés ont été bénéficiaires jusqu’à présent de l’activité partielle.

Les demandes d’autorisations préalables sont plafonnées. Et la Direccte a précisé que le plan de contrôle se mettait en place. « Nous ferons 2000 contrôles sur les dossiers d’ici l’automne avec des interventions sur le terrain de l’Urssaf notamment » a indiqué Jean Ribeil.

7 conventions cadres ont été signées. Et des outils sont en train d’être mis en place pour appuyer les entreprises dans la reprise économique. Les comités départementaux des problèmes financiers des entreprises ont été réactivés par 7 Préfets. Certaines entreprises étaient déjà connues.

Et selon Jean Ribeil, la pandémie va avoir des effets différenciés selon les secteurs et des incidences sur la productivité aussi.

Y aura-t-il de nouveaux comportements des consommateurs ? Il est pour l’instant trop tôt pour le dire.

Les plans de relance pour les secteurs les plus en difficulté

Des plans de relance sont prévus pour les secteurs les plus en difficulté : bars et restaurants, aéronautique et automobile, agriculture. Trois plans sont à l’étude.

Les outils pressentis seront l’accompagnement par la reconversion, des mesures sur la demande.

Le plan de relance comportera une liste d’actions sur les sous-traitants et des primes à la casse par exemple pour le secteur automobile.

Pour le secteur de l’aéronautique, ce sont 350 établissements et donc 16 000 emplois qui travaillent pour ce secteur.

Dans l’analyse des secteurs d’activité en reprise, on constate des difficultés latentes pour le BTP. Ses difficultés sont multiples : la crainte des particuliers d’accueillir les entreprises, l’attente des conseils municipaux.

Dans les commerces, les règles et les protocoles sanitaires sont bien respectés. Le port du masque est généralement recommandé.

Concernant les activités des abattoirs, un travail est en cours pour assurer une meilleure sécurité sanitaire de tous. Il semblerait que le virus se propagerait davantage dans l’humidité. Des solutions devraient être trouvées avec la profession pour sécuriser davantage le travail des employés.

Enfin il y a des craintes sur l’apprentissage. Les apprentis rencontrent actuellement des difficultés pour trouver des entreprises.

Les services de la Direccte travaillent actuellement pour convaincre les entreprises. L’an dernier, l’apprentissage a connu une croissance de + 16 %.

Quand les restaurants rouvriront-ils ?

Si un certain nombre de restaurants se sont mis aux plats à emporter et ont pu ainsi reprendre partiellement une activité, la question centrale de la réouverture de leurs établissements au public attend plus que jamais une réponse.

Et Jean Ribeil a précisé que cela dépendrait du contexte, de la possibilité de la mise en place de gestes sanitaires et de distanciation physique. « Certains restaurants peuvent s’y adapter et d’autres pas. On peut peut-être ouvrir les terrasses au grand air. Des négociations sont en cours poussant à la reprise. Cela dépendra du contexte début juin. » a déclaré Jean Ribeil.

Pierre Pribile, directeur régional de l’ARS a précisé que ce seront les conditions épidémiologiques qui feront basculer la décision. Tout en indiquant : « Il est raisonnable que les restaurateurs se préparent à la reprise.

« Nous sommes dans une situation artificielle qui ne peut plus durer »

Bernard SCHMELTZ, Préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté, a conclu l’audioconférence de ce vendredi d’abord sur le pan économique rappelant que l’économie est un enjeu majeur.

Toutefois il a rappelé le caractère inhabituel de la situation : « Nous sommes dans une situation artificielle qui ne peut plus durer ».

Et d’ajouter : « Il faut que les citoyens aient ce déclic psychologique. » Celui d’assurer les gestes sanitaires et de permettre à l’activité économique de reprendre.

La consommation doit donc repartir avec plus de confiance et de solidarité que jamais.

S’agissant des mesures administratives de sortie du confinement, le Préfet de région a indiqué que la sortie du confinement se passait bien avec un respect des consignes sanitaires, des gestes sanitaires et de la distanciation physique.

Puis se positionnant sur le sujet de l’ouverture des parcs au public, il souhaite que chacun reste attentif aux phénomènes d’agrégation de groupe. Ce sont les raisons pour lesquelles les accès autorisés le sont de manière dynamique pour éviter que les personnes ne se transmettent quoi que ce soit.

Jeudi en Côte-d’Or, en zone gendarmerie, près de 600 véhicules ont été contrôlés. Et moins de 10 infractions ont été relevées (non respect du motif de déplacement supérieur à 100 km, comportement inapproprié etc.). « Les forces de l’ordre sont présentes, mais n’ont pas besoin de multiplier les interventions » a conclu le Préfet de Région plutôt rassurant sur la suite des jours à venir.

L’audioconférence de presse de ce vendredi a insisté lourdement sur la place de l’autovigilance dans le recul de la pandémie en Bourgogne-Franche-Comté et aussi sur l’importance du respect des distances physiques et des protocoles sanitaires.

Ces bonnes pratiques et les résultats positifs qui les accompagneront permettront sans doute la poursuite du déconfinement en Bourgogne-Franche-Comté.

EM

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer