Autres journaux :


samedi 16 mai 2020 à 08:54

Situation sanitaire : la Bourgogne-Franche-Comté dans le vert !

Une réalité qui n'impacte pas encore la cartographie officielle Et de nouveaux indicateurs pour mesurer l’évolution de l’épidémie



Situation sanitaire : la Bourgogne-Franche-Comté dans le vert !

 



 

Ce vendredi en fin d’après-midi Bernard SCHMELTZ, Préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté et Préfet de la Côte-d’Or, a tenu une audioconférence en présence de Pierre PRIBILE, Directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS) de Bourgogne-Franche-Comté, Jean-François CHANET, Recteur académique de la région Bourgogne-Franche-Comté, Recteur de l’Académie de Besançon, Nathalie ALBERT-MORETTI, Rectrice de l’Académie de Dijon, Jean-Paul CATANESE, Directeur régional des Finances publiques Bourgogne Franche-Comté et Jean RIBEIL, Directeur de la Direccte Bourgogne Franche-Comté.

Et c’est Pierre Pribile qui le premier a pris la parole pour réaliser un bilan de la situation sanitaire en Bourgogne Franche Comté en s’appuyant sur un baromètre connu à présent de tous et le nouveau baromètre mis en place depuis le début de la semaine.

Concernant le premier baromètre, il présente des résultats très favorables pour la région Bourgogne Franche-Comté avec une baisse globale du nombre de patients hospitalisés : 94 patients en réanimation, 831 personnes hospitalisées au total (réanimation comprise) et 45 % des personnes hospitalisées sont en rééducation (soins de suite). 2955 personnes sont sorties d’hospitalisation.

La mortalité a quant à elle bien diminué également : 958 décès à l’hôpital et un total de 1600 décès environ en comprenant les établissements médico-sociaux.

Il y a donc une baisse sensible de la tension hospitalière et de l’épidémie dans la région.

Beaucoup d’opérations de dépistages en EHPAD

S’agissant des EHPAD, il y a eu peu de nouveaux cas de Covid-19 dans ces établissements. Ceux-ci ont connu une campagne massive de dépistages (dans 200 établissements) sur plus de 17 000 résidents et soignants.

Depuis lundi, c’est une nouvelle phase qui a été mise en place avec l’objectif d’éviter une nouvelle vague.

La doctrine a évolué avec une nouvelle stratégie qui s’appuie sur un triptyque : protéger, tester et isoler.

Au niveau de la protection ce sont toujours les mêmes gestes que chacun est encouragé à faire au quotidien : lavage de mains, tousser dans son coude, porter un masque si cela s’avère nécessaire, distanciation physique.

La protection passe aussi par la capacité à se surveiller en observant et surveillant ses symptômes : toux, fièvre, crampes, perte de goût/odorat. Si vous avez de tels symptômes, consultez rapidement.

La Bourgogne-Franche-Comté peut réaliser plus de 6000 tests par jour. Les lieux de prélèvements sont nombreux dans la région et les laboratoires sont prêts à monter en charge. Le système de prélèvement est prêt à recevoir les patients, a précisé le Directeur de l’ARS. Quand les personnes sont positives au Covid-19, il faut les isoler et chercher les contacts (qui seront aussi isolés), poursuit Pierre Pribile.

Tout ce dispositif est déjà mis en place et est prêt aussi à monter en charge.

« On va pouvoir donner de nouvelles données » concernant l’évolution de l’épidémie, a précisé le Directeur régional de l’Agence régionale de Santé.

Ce nouveau baromètre n’est pour l’instant pas exhaustif mais apporte ses premiers éléments collectés depuis ce lundi. Les résultats des tests seront centralisés entre les laboratoires de ville, ceux des hôpitaux etc. Tous les établissements n’ont pas fini de se connecter. Toutefois les premiers résultats ont été communiqués à la presse ce vendredi. Ainsi ce sont 3500 tests qui ont été réalisés et qui ont montré 48 cas positifs au Covid-19 à la date de jeudi soir. Il y en a au moins un dans chaque département de la grande région Bourgogne Franche Comté.

Plus de 220 personnes ont été contactées pour leur prescrire un isolement.

Parallèlement à cela, le rythme des rentrées en milieu hospitalier dues au Covid-19 ont nettement chuté. Elles sont passées à 8 entrées par jour en moyenne en ce moment (dont une entrée par jour en réanimation) contre plus de 150 entrées par jour fin mars.

La région Bourgogne Franche Comté dans le vert grâce à la réduction de la tension en milieu hospitalier

Dans les jours et semaines à venir, les services de l’ARS vont suivre de près tous les indicateurs : les anciens comme les nouveaux mis en place. Les premiers reposent sur l’observation notamment de la tension du milieu hospitalier. Les derniers vont évoluer au fur et à mesure de l’amélioration de la communication des résultats des tests par les laboratoires.

« On va progresser en exhaustivité dans les jours à venir. » a précisé Pierre Pribile, qui rappelle aussi qu’aucun département ne se détache d’un autre et qu’il ne souhaite pas tirer de conclusion épidémiologique actuellement.

Officiellement et d’après la carte arrêtée au 7 mois, la Bourgogne Franche Comté est dans le rouge pendant 3 semaines, jusqu’à la prochaine cartographie de la France. Toutefois Pierre Pribile a précisé que l’indicateur concernant la tension hospitalière était passé dans le vert depuis plusieurs jours.

En outre, il a aussi précisé que pour l’instant aucun autre indicateur ne devrait être intégré dans l’évaluation et la cartographie de l’épidémie du Coronavirus en France.

De plus en plus de Drive ouvrent pour réaliser des tests sur le territoire. Une carte est mise constamment à jour sur le site de l’ARS.

Pour avoir accès aux tests, deux cas de figure sont possibles : soit on a une prescription de son médecin et on peut se rendre dans le laboratoire de son choix ; soit c’est l’assurance maladie qui vous appelle en tant que personne contact. A ce moment-là, vous pouvez vous rendre dans le laboratoire de votre choix qui trouvera la trace de l’appel de l’assurance maladie dans son logiciel. Cet appel vaut une prescription médicale. Ce sont les deux seules situations où les tests sont prescrits.

L’objectif n’est pas de rassurer les personnes mais bien d’identifier les personnes porteuses.

Aujourd’hui le cœur de la stratégie est de bloquer la chaîne de contamination et d’apprendre à vivre avec le virus.

« Oui ça va durer longtemps » a précisé Pierre Pribile

Des propos de l’Organisation Mondiale de la Santé tendent à penser que le virus va rester un moment. Il faut donc s’attendre à ce que l’épidémie ait des conséquences durables sur notre quotidien.

Quand peut-on considérer que l’épidémie repart ? Le directeur de l’ARS a reçu cette question pour la deuxième fois en deux audioconférences de presse. Et on ne peut pas dire que les indicateurs soient précis.

Toutefois il compte sur le nouvel indicateur, c’est-à-dire celui des résultats des tests pour préciser les courbes d’évolution de l’épidémie en Bourgogne Franche Comté.

Tous les laboratoires ont vocation à communiquer les résultats des tests. Actuellement sur les tests effectués, seuls 2 % des personnes testées sont positives au Covid-19. Les résultats régionaux sont assez proches de cela.

« On teste 50 fois plus de personnes que de gens positifs. » a ajouté le directeur de l’ARS.

Questionné sur la maladie de Kawasaki, il a pour l’instant peu d’informations sur le sujet : le décès d’un enfant en France, 125 cas détectés à l’échelle nationale dont trois dans la Région.

En conclusion, il appelle chacun et chacune à inscrire dans son quotidien les gestes de protection (lavage des mains, port du masque, distanciation physique) et à consulter dès le moindre doute.

EM

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer