Autres journaux :


dimanche 6 septembre 2020 à 11:13

Attaques de loup en Saône-et-Loire

Trois nouvelles attaques déplorées cela en porte le nombre à 21 Le "bilan" : 65 animaux morts et 23.blessés La nuit dernière, les louvetiers sont intervenus



 



Le dernier point de situation en date :

 

“Après deux semaines de répit, trois nouvelles attaques d’ovins par loup sont à déplorer.

 

Elles sont survenues de nuit entre le 2 et le 4 septembre sur les communes de Pouilloux, Saint Romain sous Gourdon et Gourdon. Ces attaques ont fait une douzaine de victimes supplémentaires, tuées ou blessées.

 

On décompte désormais 21 attaques du loup dans le département qui ont entraîné la mort de 65 animaux et en ont blessé 23.

 

Dans la semaine, trois autorisations de procéder à des tirs de défense simples1 avaient été délivrées par le préfet de Saône-et-Loire à des éleveurs qui ont protégé leurs troupeaux au moyen des filets électrifiés mis à leur disposition par la direction départementale des territoires.

 

Face à cette recrudescence des attaques, les agents de l’office français de la biodiversité, de la direction départementale des territoires et les louvetiers du département sont plus que jamais mobilisés pour aider les éleveurs dans l’organisation en urgence de la protection de leurs troupeaux. Les crédits d’urgence supplémentaires obtenus par le préfet ont permis de mettre à disposition plus de 11 km de filets de protection et 40 électrificateurs.

 

Les louvetiers interviendront cette nuit en coordination avec les éleveurs des communes concernées par ces trois dernières attaques. Ces louvetiers procéderont aux opérations d’effarouchement à proximité immédiate des troupeaux protégés. Un louvetier disposant du mandat d’un éleveur bénéficiaire d’une autorisation de tir de défense simple peut effectuer un tir létal en cas d’attaque par le loup du troupeau protégé.

 

Enfin, comme il s’y est engagé auprès des éleveurs en début de semaine, le préfet de Saône-et-Loire a obtenu l’accord du préfet référent “loup” pour la venue prochaine du renfort et de l’appui d’agents de la brigade “loup” de l’Office français de la biodiversité (OFB).

 

Les tirs de défense simples, ne peuvent être autorisés que sur demande écrite et dans la mesure où l’éleveur demandeur aura pris l’ensemble des mesures de protection nécessaire, dans le respect de la réglementation en vigueur.”

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer