Autres journaux :


jeudi 31 mai 2012 à 19:47

Football

Éric Boniface explique son départ de l'USC Paray



 

Bilan et projets de l’ex-coach parodien

 

 

 

Dimanche, Éric Boniface s’installera pour la dernière fois sur le banc de touche parodien à l’occasion de l’ultime journée de PH et d’un déplacement de l’USCP à Dijon. L’entraîneur a décidé de quitté le club pour relever un nouveau challenge. Avant d’en dévoiler davantage sur le sujet, il revient sur ces deux années à la tête de l’équipe parodienne…

 

 

 

 

 

 

 

Charolais news : Quel bilan tirez-vous de ces deux années à Paray ?

 

Éric Boniface : Un bilan mitigé ! Pour la simple et bonne raison que l’équipe n’a pas réussi à se maintenir en DH la saison dernière. On n’est pas passé loin, mais finalement on a du se résoudre à retrouver la PH.

Mitigé aussi parce que cette saison, on aurait aimé remonter tout de suite. C’est l’objectif qu’on s’était fixé, malheureusement on n’avait pas l’effectif pour… Le départ de nombreux joueurs, vers Gueugnon notamment, à l’intersaison nous a fait très mal !

 

 

 

C. N. : Il y a quand même eu cet épisode Coupe de France qui laisse un note positive…

 

É. B. : C’est sûr que ce parcours a amené un peu de bonheur aux supporters et à toute une ville. C’était aussi une super expérience pour les joueurs qui n’avait encore jamais connu pareille aventure, mais cette Coupe a aussi fait beaucoup de mal. On a pris beaucoup de retard en championnat avec des matchs à jouer plus tard que nos adversaires dans la saison. Et au final ce calendrier nous a fait très mal. On sait maintenant qu’un match en retard n’est pas un match gagné d’avance !

 

 

 

C. N : Avec le recul, vous échangeriez donc cette qualification en 32es de finale contre le maintien en DH ?

 

É. B. : J’aurai effectivement voulu que le club reste en DH, le groupe avait les qualités pour. Malheureusement, les joueurs n’ont pas pris conscience de leur potentiel. Il y a peut-être eu aussi, et je le reconnais, des erreurs de ma part. Mais aujourd’hui, on ne peut rien changer !

 

 

 

C. N. : L’objectif de remontée en DH dès cette saison était-il trop ambitieux avec une équipe rajeunie ?

 

É. B. : On ne peut pas dire que miser sur les jeunes n’était pas la bonne solution. Le problème c’est que tous les joueurs partis à l’intersaison n’ont pas été remplacés. En plus, à cause de cette histoire d’arbitrage, on ne pouvait jouer qu’avec deux joueurs mutés. Les conditions pour remonter étaient donc très compliquées.

Cette saison, Paray est donc à sa place (4e après 21 matchs). D’autant que le départ de Guy G’Badie à l’intersaison, auteur quand même de 9 buts et 7 passes décisives lors de la première moitié de championnat, nous a réellement fait très mal.

 

 

 

C. N. : Quand on voit ces problèmes d’effectif, qui ne sont pas propres à Paray, les clubs du Charolais n’ont-ils pas intérêt à réfléchir à une solution ensemble pour rester compétitifs ?

 

É. B. : Un jour, clairement, les clubs locaux vont être obligés de fusionner, ce sera le seul moyen de régler le problème. Après, il y a une question que je me pose depuis un certain temps déjà c’est : est-ce que le sport français souhaite vraiment aller vers l’élite ou veut-il davantage se tourner vers le loisir ? On ne met rien en œuvre pour avoir des équipes compétitives et j’ai l’impression que pas mal de joueurs sont aussi dans cette optique de loisirs.

 

 

 

C. N. : Revenons sur votre départ de l’USCP. Pouvez-vous nous expliquer les raisons de ce choix ?

 

É. B. : Je quitte le club parce que j’ai senti qu’il était temps pour moi de partir. Peut-être que je sentais que je ne pouvais plus rien apporter au club. De toute façon, dans l’idéal pour moi, un entraîneur c’est deux saisons, voire trois, dans un club, après il faut changer pour redonner un élan. Je ne voulais donc pas aller plus loin avec Paray qui a aujourd’hui besoin d’un nouveau coach avec une nouvelle philosophie.

Et puis de mon côté, j’ai également eu une proposition pour relever un challenge intéressant !

 

 

 

C. N. : Vous savez donc déjà où vous serez en juillet prochain à la reprise ?

 

É. B. : Oui ! Mais je ne peux rien dire pour le moment tant rien n’est officialisé*…

 

 

 

 

 

Propos recueillis par Delphine CRESSON

 

 

 

* Une officialisation qui devrait intervenir très rapidement, en fin de semaine ou en début de semaine prochaine, une fois que les signatures seront aposées au bas des contrats… Nous vous tiendrons bien sûr informés très rapidement.

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer