Autres journaux :


vendredi 25 novembre 2016 à 18:37

Social – Dossier Allia à Digoin…

 AG des salariés du 24 novembre 2016La mobilisation ne faiblit pas...



 

Une réunion qui a rassemblé de nombreux salariés.

 

Et qui a, surtout, démontré leur mobilisation ainsi que celle de leurs représentants.

 

 

L’assemblée Générale des salariés s’est déroulé ce Jeudi 24 Novembre 2016 à la salle des fêtes de Digoin en présence des salariés de l’usine ALLIA, une fois de plus massivement présents. Organisée par les membres du Comité Central d’Entreprise, cette AG a permis aux salariés de pouvoir venir écouter, leurs délégués syndicaux centraux, leur Avocat, l’Expert-Comptable mandaté pour analyser les différentes phases du projet de restructuration, et le Maire de Digoin.

 

 

Depuis leur déplacement à Jona en Suisse, pour manifester devant le siège social du groupe GEBERIT propriétaire de la société ALLIA, le combat des salariés pour sauvegarder leurs emplois est largement médiatisé à l’étranger. Des reportages télévisés et des articles ont été diffusés dans plusieurs pays de la communauté Européenne. Ce Jeudi 24 Novembre, la Télévision News UUR (Pays-Bas) a envoyé un journaliste et un cameraman pour faire un reportage sur cette résistance gauloise qui refuse de plier sous le joug de dirigeants qui projettent de massacrer deux sites industriels, deux bassins d’emplois, en privant 256 salariés de leurs emplois.

 

 

allia-25-11-16

 

 

L’Assemblée générale a débuté avec la lecture des courriers que ce sont échangés les Délégués syndicaux centraux et la Direction d’ALLIA dans les jours précédant. Une fois le ton donné, Olivier Lemaire (Expert-comptable) rebondie sur la partie économique et commente les résultats excellent que le groupe GEBERIT vient de publier à ses actionnaires. Il apparait que tous les indicateurs économiques sont en progression qu’il s’agisse du chiffre d’affaire, des marges, des profits et du « cash flow ». Le seul indicateur à la baisse est le nombre de salariés qu’emploi le groupe dans son ensemble, il faut donc comprendre que cette entreprise réalise des résultats de plus en plus florissants tout en diminuant sa masse salariale. Dans ce contexte, un licenciement économique devient donc la raison la plus absurde qui soit et les dirigeants français devraient donc revoir leur copie qui ne tient pas la route ou, plus raisonnablement encore, annuler ce projet qui n’a pas d’autre but que de faire réaliser des économies au Groupe GEBERIT.

 

 

Le Maire de Digoin, Fabien Genet était en déplacement à Paris dans la journée, pour un nouveau rendez-vous à Bercy. Afin de défendre le dossier ALLIA et d’éventuelles opportunités économiques pour remplacer l’entreprise qui a annoncé sa fermeture, les parlementaires Edith Gueugneau, Jérôme Durain et le Maire de Digoin Fabien Genet ont rencontré le secrétaire d’état à l’industrie Christophe Sirugue au Ministère de l’économie et des finances. Les élus ont abordés les difficultés que connait leur bassin d’emploi et Christophe Sirugue a assuré qu’il suivrait avec beaucoup d’attention ce dossier, mais aussi les efforts du territoire pour rebondir et trouver de nouvelles opportunités économiques.

 

 

allia-25-11-161

 

 

Fabien Genet a également rappelé aux salariés le soutien indéfectible de la Mairie de Digoin, de la CCVAL et aussi plus récemment de la Région Bourgogne-Franche-Comté représenté par sa Présidente Marie-Guite Dufay. Les salariés ont chaleureusement applaudi le Maire de Digoin pour son implication dans ce dossier difficile.

 

 

Maitre Ralph BLINDAUER, missionné par le comité Central d’Entreprise entame sa plaidoirie en relatant son déplacement au Portugal avec les délégués syndicaux d’ALLIA pour rencontrer des salariés de chez Eurocer, usine du groupe GEBERIT dans laquelle il est prévu de délocaliser plus de 200 000 pièces des unités de production françaises. Sans trop rentrer dans les détails de ce qu’ils ont découvert des conditions de travail de leurs collègues portugais, la conclusion est claire :
Il s’avère que la Direction a menti aux salariés français et avait caché aux salariés portugais les conséquences de la procédure en cours. Les salariés portugais ne veulent à aucun prix de ces productions, car au Portugal, ces travailleurs sont à bout de force du fait d’heures supplémentaires mal ou pas indemnisées, 50% de l’effectif portugais est atteint de troubles musculo-squelettiques (TMS) dû au port de charges et à un travail avec des gestes répétitifs jusqu’à 48h par semaine. De plus les méthodes managériales de la Direction au Portugal relève de l’exploitation, à la limite de l’esclavagisme, le tout en parfaite irrégularité avec les législations portugaise et Européenne. « C’est une atteinte à la dignité humaine et aux fondements des droits de l’homme » clame l’avocat.

 

Maître Blindauer continue et explique aux salariés de Digoin que le Tribunal de Troyes (Aube) va prochainement juger le cas des intérimaires de l’usine de La Villeneuve au Chêne. Car comment un groupe qui annonce une fermeture d’usine peut-il justifier le fait de maintenir un quota d’intérimaires équivalent à 25% de la main d’œuvre du site? Les salariés de Digoin unis dans le même combat que leurs collègues de La Villeneuve au Chêne se rendront donc le Jeudi 01 Décembre 2016 aux portes du tribunal de Troyes pour manifester et réclamer la régularisation de ces intérimaires.

 

 

Il est également évoqué le décalage de la procédure liée à la loi Florange, afin de donner plus de chance à la possibilité de trouver un repreneur ou l’émergence d’une solution alternative prise en charge par le Groupe comme le demande les élus du personnel à la table des négociations.

 

 



allia-25-11-162

 

 

 

 


 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer