Autres journaux :


mercredi 18 juin 2014 à 08:34

J’ai testé pour vous…

Redonner un sens à sa vie grâce à la sophrologie



 

 

Redonner un sens à sa vie

grâce à la sophrologie

 

 

 

Redonner un sens à sa vie, se libérer des chaines du passé, accéder à un mieux-être et découvrir nos ressources profondes… Tout le monde rêve plus ou moins inconsciemment de s’offrir une vie meilleure où le stress, les angoisses et autres dépressions n’auraient pas cours.

 

 

 

Hélas ! A l’heure où presque tous les travailleurs (et les autres) sont exposés aux risques psycho-sociaux tels que le stress, le burn-out ou la perte de confiance en soi qui entraînent des effets délétères sur leur santé, d’autres œuvrent pour nous libérer en douceur de ces fléaux qui nous pourrissent la vie. Je parle des sophrologues…

 

Mais qu’appelle-t-on sophrologie ? Cette discipline consiste à effectuer des exercices de respiration et de gestion de la pensée. Souvent utilisée pour combattre le stress, c’est une technique de relaxation qui plonge le sujet dans un état de semi-conscience. Cela lui permet alors de se concentrer sur un besoin bien spécifique.

 

Jeudi après-midi, le temps est à l’orage et je me dirige vers le cabinet de Rosa, une sophrologue dont on entend beaucoup parler pour ses qualités professionnelles reconnues. Un brin sceptique, je m’efforce de faire abstraction de mes idées reçues, pour vous livrer, chers lecteurs, un avis éclairé et impartial.

 

Chez Rosa, point besoin de pancarte pour savoir qu’on est arrivé à bon port ! Dès l’entrée, des effluves d’encens et d’huiles essentielles chatouillent mes narines, très agréablement. Rosa m’accueille, chaleureuse et discrète à la fois et me met tout de suite à l’aise. Nous discutons à bâtons rompus, de façon amicale et je me sens bien dans cette ambiance. Autour de moi, des pièces claires, tapissées de couleurs reposantes et agrémentées d’images telles que fleurs, galets ronds tout doux et autres papillons légers. J’admire l’endroit, tout en laissant bercer par la voix douce de la sophrologue.

 

Rosa me confie qu’elle a tout d’abord débuté sa carrière en qualité d’infirmière et ce, pendant 25 ans. Une façon de réaliser son souhait qui est d’aider les autres. Elle possède un sens du relationnel très développé et ne se satisfait pas de ne soigner qu’une seule partie de la personne, à savoir son corps.

 

« Je sentais qu’il y avait plein d’autres choses à mettre en œuvre pour soulager les patients » relate-t-elle en souriant. Délaissant l’hôpital où elle exerce son métier d’infirmière, Rosa s’installe en qualité d’infirmière libérale, tout en démarrant doucement cette activité qui la passionne : la sophrologie.

 

Et cela débute par une formation dispensée sur Nancy, en alternance pendant deux années. Là, elle apprend à faire le lien entre le corps et le psychisme. Rosa obtient sa certification et parvient même au niveau IV qui lui permet d’enseigner son art. La jeune femme abandonne alors complètement son travail d’infirmière pour se consacrer exclusivement à son cabinet de sophrologie.

 

Sa clientèle est presque exclusivement composée de femmes, de tous âges (avec une recrudescence vers 45 ans) et de toutes catégories sociales. Elle reçoit soit en groupe, soit en individuel, selon les cas. Il va de soi que les séances en groupe sont plus ludiques et légères. Elles s’adressent aux personnes qui souhaitent écouter leur corps et prendre soin d’elles, moralement et physiquement. « Le bien-être par la relaxation » dit Rosa. Les séances de groupe se font souvent dans le cadre de thématiques comme par exemple la gestion du stress.

 

Chaque séance se déroule de la façon suivante : on débute par un temps de dialogue entre la sophrologue et les participants car celui-ci permet de définir les objectifs de la séance. Le professionnel présente ensuite le déroulement du protocole, puis arrive la relaxation dynamique. Cette pratique, guidée par la sophrologue, n’est aucunement directive ou inductive, permettant ainsi à chacun de s’approprier cette expérience en toute autonomie. Comme le précise Rosa, un temps d’expression libre est prévu après la séance, dans le but de donner au professionnel des éléments pour guider la suite des évènements.

 

Quant aux séances individuelles, elles s’adressent aux personnes qui expriment une attente particulière, une problématique précise et personnelle. Rosa se souvient avec émotion d’une octogénaire qui voulait « régler ses problèmes avant de partir… ».

 

En effet, qu’il s’agisse des maux du corps ou de l’esprit, la sophrologie a tout à offrir lorsqu’il est question d’apaiser et de soulager. Accoucher sans péridurale, apprendre à gérer la douleur, bien se préparer à une intervention chirurgicale, s’en remettre plus rapidement…

 

Pour sa part, Rosa travaille notamment à la gestion du stress et de la dépression, le tout pour « libérer les gens de leurs fardeaux ». Ceux-ci doivent s’impliquer dans le processus personnellement, car en aucun cas, on ne peut forcer quelqu’un à faire la démarche s’il ne le souhaite pas. « Il faut que ce soit un déclic personnel » livre Rosa. Quant autres pathologies, elles sont nombreuses. Ainsi, la sophrologue aide les personnes qui ont des problèmes de poids. Elle travaille sur le comportement alimentaire et les causes profondes qui amènent les consultants à se « remplir » de nourriture. « Il peut s’agir par exemple de carences affectives ou d’un lien à la mère très fort, qui fait penser à la personne, que puisque sa mère n’est pas (ou plus) là, elle n’existe plus ! » précise la jeune femme.

 

Dans un autre domaine, la sophrologue est une aide précieuse à la conception. Les femmes en mal d’enfant souffrent souvent d’un blocage, d’une histoire personnelle douloureuse ou encore d’un rapport à leur corps difficile, quand ce n’est pas une estime de soi dégradée. Quant aux addictions en tous genres, on trouve, selon Rosa, des nœuds profonds derrière…qu’elle arrive à dénouer au fil des séances.

 

Les agoraphobes (ils souffrent d’anxiété dans les endroits isolés ou les foules, partout où ils risquent de se sentir coincés et de ne pas obtenir rapidement une aide adéquate. Ils ont souvent peur d’être seuls, sauf chez eux. L’anxiété atteint parfois un point tel qu’ils craignent de perdre connaissance, de tomber, d’avoir une crise cardiaque ou de perdre la raison) ont également recours à la sophrologie, avec succès. Les phobiques de l’avion, quant à eux, ont bien du mal à lâcher prise et à faire confiance au pilote ! Là aussi, quelques séances de sophrologie peuvent aider.

 

Mais Rosa ne reçoit pas que des adultes. Beaucoup d’adolescents et d’enfants font appel à elle pour résoudre quelques petits problèmes : le stress des examens pour les ados, qui peuvent souffrir de migraines, et de vomissements, avant le jour fatidique. « Même les très bons élèves peuvent en être atteints, notamment lorsque les parents mettent une pression énorme sur leur enfant » affirme Rosa. Par contre, les enfants plus jeunes sont amenés par les parents lorsque par exemple les enseignants ou la famille se plaignent d’une sorte d’hyperactivité du gamin. La sophrologie convient donc à tous, mais elle est contre-indiquée en cas de schizophrénie et de psychose.

 

Mais revenons à notre expérience ! Rosa me fait visiter les différentes pièces de son domaine. La salle de groupe est hyper-reposante et je pense qu’une fois allongée sur le tapis moelleux, avec de la musique adaptée, il suffit de fermer les yeux et hop ! On se retrouve dans les bras de Morphée…

 

Pour moi, en ce jour de test, ce sera relaxation et détente. Sur les conseils de Rosa, je m’allonge sur la table confortablement rembourrée, tandis que la sophrologue s’installe à côté de moi, un peu en retrait. Je ferme les yeux. Soudain, j’entends des chants d’oiseaux, de plus en plus fort, puis Rosa m’engage à sortir de l’agitation et du ballet incessant des pensées qui nous encombrent l’esprit. Elle me demande de prendre conscience de toutes les parties de mon corps sur la table, des pieds à la tête. Puis, je dois respirer d’une certaine façon, tout en choisissant une couleur qui me détend. Je choisis le bleu et j’inspire en gonflant le ventre, puis j’expire en pensant que je remplis mon corps avec ce bleu si reposant. Comme me l’a suggéré la sophrologue.

 

Petit à petit, je sens que je me détends, physiquement et mentalement. Je suis comme apaisée et je fais complètement abstraction de ce qui m’entoure. Rosa a disparu, je n’entends plus que les oiseaux et une petite musique. Après coup, Rosa me précise que la détente devient de plus en plus rapide et profonde, avec la pratique. Car ce qu’il y a de bien avec la sophrologie, c’est qu’on peut refaire les exercices chez soi. Je suis à l’écoute de mon corps : sous l’effet de la relaxation, ma respiration se régularise. Il s’installe en moi une explosion de sensations agréables, tels que le calme, la sécurité et le bien-être.

 

Rosa m’explique que ces pratiques nous permettent de créer en nous des effets positifs et de nous libérer des effets négatifs. On se sent effectivement « lâcher-prise » et on ne se consacre qu’à l’instant (de bien-être) présent.

 

La séance a duré environ un quart d’heure, mais c’est comme si j’avais fait une sieste de quelques heures. Rosa m’engage doucement à revenir à la réalité, en me précisant que je peux bouger mains et pieds pour commencer, puis m’étirer, bailler… Elle me laisse le temps que je veux pour sortir de ce moment de grâce et j’en profite…
A la fin de cette séance, je suis reposée, comme régénérée de l’intérieur et prête à oublier tous les petits tracas du quotidien. Bizarrement, ils m’apparaissent maintenant ridiculement peu importants. Désormais, hypertension, colites et autres maux ne m’atteindront plus autant. Je me promets de répéter ces séances à la maison, tranquillement.

 

A la fin de la séance, je suis bluffée par l’efficacité de celle-ci. D’ailleurs, sur la route du retour, je baille à m’en décrocher la mâchoire (c’est nouveau ça !), je suis calme, apaisée. Et je me surprends à réitérer la respiration avec remplissage du corps en bleu !

 

La nuit qui suit est réparatrice, sans ces réveils en cours de nuit habituels ! Je suis ravie de l’expérience. Rosa me précise que depuis quelques temps, certains médecins lui adressent des patientes. Il est des sciences qui soignent le corps, et d’autres qui soignent le corps et l’esprit. Un vrai plus… Personnellement, je suis convaincue que la sophrologie peut soulager bien des maux.

 

A noter que Rosa est également formée en Reiki, une technique d’imposition des mains qui dissipe les nœuds énergétiques à l’origine de nos blocages.

 

 

sophro 1706142

 

 

 

sophro 17061444

 

 

sophro 1706143

 

 

 

 

 

 

 






Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer