Autres journaux :


mercredi 26 juin 2013 à 20:32

Discours du président du SDIS 71

Les ambulanciers privés répondent !



 

 

Les ambulanciers privés répondent !

 

 

Suite à notre vidéo, exclusive, du président du SDIS 71, s’exprimant à l’occasion de la journée nationale des sapeurs pompiers, les ambulanciers, par l’entremise d’un de leur représentant ont répondu ! Une réponse à la hauteur des propos « incriminés ».

 

 

 

« Suite aux propos tenus par l’intersyndicale des sapeurs-pompiers professionnels du SDIS 71, des représentants des sapeurs-pompiers volontaires siégeant au Comité Consultatif Départemental des SPV du SDIS 71, et de Mr Jean-François Nicolas, président du SDIS 71, les ambulanciers répondent.

 

 

Les Ambulanciers de France dont le corps de métier représente quelques 55 000 professionnels de santé, auxiliaires et diplômés d’état, ne peuvent laisser proférer de tels mensonges auprès du public et refusent de se laisser livrer en « pâture » aux français, apeurés par l’argument financier finement utilisé par Mr Jean François Nicolas, président du SDIS 71.

 

 

Monsieur, lors de la journée nationale des sapeurs-pompiers dont votre présence fut grandement remarquée à Montceau-les-Mines le 15 juin 2013, vous vous êtes largement permis d’aller au delà de votre rôle de président du SDIS en proférant des allégations totalement erronées et mensongères à l’encontre des Ambulanciers privés en utilisant subtilement la sois disante mise en cause du SAMU 71 dans la gestion de l’envoi des moyens de secours.

 

 

– De quel droit pouvez-vous prétendre que les Ambulanciers, professionnels de santé (Code la santé publique, quatrième partie, livre III, Titre VIII, Chapitre III), disposant d’une formation supérieures aux sapeurs-pompiers en terme de secours à victime (Je ne m’éterniserai pas et vous invite à ouvrir nos référentiels de formation) basée sur des connaissances pathologiques et cliniques enseignées par des médecins urgentistes, ces mêmes médecins que vous dénigrez tant dans vos propos, le tout sanctionné par un diplôme d’état du Ministère de la Santé, après validation de nombreux stages cliniques au SMUR, en Urgence, en bloc d’accouchement, auprès de tous types de personnes en détresse, le tout pendant des mois, sont selon vous des acteurs qui ne font que des « profits » sur les victimes qu’ils secourent ?

 

 

– De quel droit pouvez-vous oser annoncer publiquement que le SAMU de Saône et Loire « sale » les notes d’interventions alors que la cour des comptes (la plus haute instance de la république Française en matière de finance, qui est chargé de veiller au bon usage des fond public) a, dans un rapport de novembre 2011, publiquement foudroyé tous les SDIS en pointant du doigt une explosion des couts du secours à personne par les pompiers car vos pompiers et seulement vos pompiers choisissent de déclencher des VSAV sur toutes urgences quelle qu’elle soit ?

 

Vous voulez que l’on reparle de la hausse des impôts locaux engendrée par cela ? Également pointée par la cour des comptes ? Là ou une Ambulance privée, à intervention égale, coute 2,4 fois moins cher pour la même prise en charge ?

 

 

– De quel droit vous permettez-vous de considérer qu’une victime prise en charge par une Ambulance privée est « privé » de l’héroïque secours à personne sois disant « public », qui est tout de même, pour le rappeler, dans la majorité des cas effectué par des Pompiers volontaires dont ce n’est pas la profession !

 

Etes-vous au courant qu’une Ambulance de garde postée, a un départ jusqu’à 3 fois plus rapide qu’un VSAV ?

 

Avez-vous la moindre idée des textes de loi qui régissent de manière de plus en plus draconienne l’armement des Ambulances privées en termes de matériel d’urgence ? De Réanimation ? En terme de formation du personnel à bord ?

 

 

Relisez donc l’arrêté du 28 aout 2009 relatif à tout cela, soyez donc plus humble dans vos paroles, vous qui prônez le « tout rouge » que cela vous plaise ou non les Ambulanciers privés interviennent à la demande des SAMU sur des Urgences y compris des urgences vitales comme il est stipulé dans le référentiel du 9 avril 2009 au I-2, « les ambulanciers, professionnels de santé, on vocation à être missionné par les SAMU pour participer à la prise en charge des urgences vitales dans l’intérêt du patient ».

 

Ces prérogatives sont définitives depuis la mise en application du référentiel par arrêté ministériel du 5 Mai 2009 (NOR : SASH0910602A)

 

Vous parlez de dysfonctionnements dans l’envoi des moyens, nous parlerons plutôt d’adaptation à la situation et à l’état du patient, vous prétendez que les médecins régulateurs du SAMU font du lobbying pour les Ambulanciers privés, nous parlerons plutôt de « choix » d’intervenants, choix dont ils ont encore la seule et unique souveraineté ne vous en déplaise, c’est également la Loi qui le dit.

 

 

Vous parlez également de « doublon » des moyens, ceci est une hypocrisie absolue puisque si votre CTA déploie correctement ses moyens sur les missions qui relève réellement des sapeurs-pompiers, le maillage complémentaire SP/AP permet de trouver un moyen de secours pertinent ou que la victime se trouve en fonction de la situation, il faut arrêter de vouloir terroriser les citoyens en leur laissant miroiter qu’en cas d’urgence si les moyens de secours ne sont pas des pompiers, la victime est mal prise en charge, c’est de la communication très astucieuse mais totalement puérile et fausse !

 

Si l’on analyse vos propos et ceux de vos syndicats, il faut impérativement que les secours soient du SDIS, même si le VSAV le plus proche est à 15 minutes, là où l’Ambulance de garde est à 500 mètres ? C’est Totalement irresponsable de tenter de propager cette idée !

 

Si le SAMU 71 sollicite les Ambulanciers privés il y a une raison, vous êtes totalement dans l’erreur, ou dans le mensonge en voulant prétexter que des Ambulanciers reviennent plus cher à quiconque, que les sapeurs-pompiers (cf rapport cour des comptes).

 

Et cela n’a rien à voir avec un quelconque « test » de la « limite » de tolérance de Monsieur le nouveau Préfet, Préfet auquel chacun aura bien vu que vous n’avez pas attendu le SAMU pour lui jeter des fleurs de manière lors de votre allocution.

 

Pour reprendre une magnifique phrase de vos syndicats :

 

« Il s’agira par-là de rappeler à la population qu’en composant ces numéros, elle peut indéniablement compter sur une réponse adaptée au degré de gravité de la demande, notamment par l’engagement réflexe et immédiat de nos moyens selon le caractère reconnu d’urgence vitale. »

 

Ne vous inquiétez donc pas Mr le Président, la prochaine fois que je vois un accident de la route, et que le VSAV le plus proche sera sur une mission de secours qui relève des Ambulanciers privés, je vous promet que je m’excuserai de participer au creusement du déficit de la sécurité sociale, puisque si votre équipe de pompiers ne se trouve pas là, c’est que forcément , comme vous l’avez indiqué, elle participe à un secours public de qualité, à moindre coût pour le contribuable, et auquel chaque concitoyen à droit, je culpabiliserais c’est sûr en composant le 18…

 

 

Lorsque vous dites chacun à sa place, je vous réponds oui, restez donc à votre place de président du SDIS, laissez donc le SAMU à sa place de régulation du secours à victime, laissez les ambulanciers privés à leurs place de professionnels de santé et de secours, et laissez vos pompiers à leurs place de professionnels du sauvetage et du combat des sinistres !

 

 

L’ensemble des Ambulanciers de France, remercient et encouragent chaque jours les SAMU qui leur font confiance et qui appliquent eux, la Loi et nous invitons vivement le SAMU 71 à exercer son droit de réponse face à ce genre de manœuvre de communication corporatiste. »

 

Emmanuel Piquet-Pellorce
Directeur de l’Opérationnel
Ambulances Montpensier

 

 

Pour mémoire, vous reporter à nos articles :

 

 

logo ambulance 2606132

 

 

 




 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer