Autres journaux :


lundi 17 septembre 2012 à 19:01

Séminaire des élus de Droite, du Centre et des Indépendants en Bourgogne

Pour eux, "le changement ne doit pas se faire dans l’éloignement mais dans un rapprochement"



 

Des élus inquiets sur la représentativité

des communes rurales

 

François Sauvadet, ancien ministre, député de la Côte-d’Or et président du Conseil général, André Accary, conseiller général et président du groupe Union pour l’avenir de la Saône-et-Loire (UASL), André Villiers, président du Conseil général de l’Yonne, et Pascale de Mauraige, conseillère générale et présidente du groupe Rassemblement pour l’Avenir de la Nièvre, ont aujourd’hui réuni l’ensemble des conseillers généraux et régionaux de la Droite, du Centre et Indépendants en Bourgogne…

 

 

 

 

Après Semur-en-Auxois l’année dernière, la deuxième édition du séminaire de travail des conseillers généraux et conseillers régionaux de la Droite, du Centre et des Indépendants en Bourgogne, organisée à Dijon, a rencontré un vif succès avec plus de cinquante élus présents. Des élus venant des quatre départements bourguignons.

 

La Saône-et-Loire était bien représentée par des conseillers généraux du groupe Union pour l’Avenir de la Saône- et-Loire (André Accary, Jean Girardon, Daniel Juvanon, Dominique Lanoiselet, Jacques Lecoq et Pierre Voarick) ainsi que des conseillers régionaux du groupe Bourgogne Dynamique (Gérald Gordat,  Marie-Claude Jarrot et  Christine Robin). Les trois sénateurs de Saône-et-Loire (René Beaumont, Jean-Patrick Courtois et Jean-Paul Émorine) ont également assisté à cette réunion de travail.

 

Chacun a pu exprimer ses plus vives inquiétudes quant à l’acte III de la décentralisation en cours de préparation. Si les conseillers territoriaux vont bel et bien être supprimés, tous les élus présents craignent pour la future représentativité des communes rurales au profit des grandes métropoles majoritairement tenues par les socialistes en Bourgogne.


 

À l’issue de cette rencontre, ils communiquent :

 

« Après des mois de flou, le brouillard Hollande s’est enfin levé et l’on découvre le nouveau visage du changement en France. Le changement, ça devait être maintenant, ce sera dans deux ans. En attendant, place au matraquage fiscal, aux nouvelles taxes pour les particuliers et les entreprises, au report des grands investissements, à la fin de la défiscalisation des heures supplémentaires…

 

On nous avait annoncé un acte III de la décentralisation salvateur pour nos collectivités. Ce sera tout le contraire. Non seulement le budget de l’État consacré aux collectivités sera en baisse, car ne tenant pas compte de l’inflation. Mais de plus, le rôle et les missions de nos départements seront pris en tenaille entre un renforcement des agglomérations et des régions.

 

Dans ce contexte, les élus de Bourgogne se mobilisent pour rappeler que l’équilibre de nos territoires repose sur l’action des Conseils généraux. Toute remise en cause de la représentation équilibrée de nos territoires ruraux au sein de nos assemblées sonnera le glas de plusieurs décennies de développement au service des deux mille communes de la Région Bourgogne, quelle que soit leur taille.

Le changement ne doit pas se faire dans l’éloignement mais dans un rapprochement, au contraire, au plus près de nos territoires. C’est en tout cas la vision que les conseillers généraux et régionaux de la Droite, du Centre et Indépendants comptent bien porter dans les semaines et les mois à venir. »

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer