Autres journaux :


mardi 29 avril 2014 à 21:22

« Une abstention utile ! »

Explique Philippe Baumel, député



« L’Assemblée nationale se prononçait aujourd’hui sur le pacte de stabilité budgétaire de 50 milliards d’euros. Avec d’autres parlementaires, j’ai fait le choix en conscience de ne pas le voter en m’abstenant. Pourquoi ?

 

Parce qu’après la défaite sans précédent de la gauche aux élections municipales, on ne peut mettre sous le tapis le contenu du message que les Français nous ont adressé. Il est urgent de renouer avec davantage de justice sociale, d’exiger des contreparties claires en faveur de l’emploi aux aides apportées aux entreprises, et d’agir fortement pour une nécessaire réorientation de la construction européenne.

 

Nous savons tous les difficultés de la France, la dette creusée par la droite et la nécessité d’un redressement économique puissant. Mais le plan d’économie de 50 milliards, outre qu’il apparaît socialement contestable et économiquement peu efficace, crée un risque majeur de récession.

 

Les avancées obtenues ces derniers jours, annoncées hier par le Premier ministre, notamment en faveur des retraités, des fonctionnaires les plus modestes et du plan pauvreté vont dans le bon sens mais elles restent notoirement insuffisantes. 300 millions d’euros de solidarité contre 30 milliards d’aides aux entreprises, cela ne suffit pas.

 

Je continue de croire que le redressement de l’économie ne pourra se faire sans les moteurs de la consommation ou de l’investissement. La baisse annoncée des dotations aux collectivités qui portent 75% des investissements publics risque de compromettre lourdement la relance économique, comme l’absence de mesures fortes pour renforcer le pouvoir d’achat des plus modestes les empêchera de participer à la nécessaire reprise de la consommation.
Personne ne conteste la nécessité de faire des économies et de réduire les déficits. Mais rien n’oblige de les faire à ce rythme et au détriment des classes moyennes et populaires.

 

Les Français sont prêts à faire des efforts collectifs dès lors qu’ils sont justes et équitablement répartis. Un autre chemin pour redresser nos comptes publics et notre économie est possible.

 

C’est ce message clair qu’avec quelques collègues, nous avons voulu adresser au Premier ministre. C’est un message responsable et déterminé pour faire réussir la gauche afin de répondre aux attentes très fortes exprimées par les Français.

 

Dans les prochains mois, à chaque étape, dans un dialogue serein mais exigeant avec le gouvernement, je porterai avec d’autres députés ce combat du redressement et de la justice car il est encore temps de rectifier le cours de ce quinquennat. C’est ainsi qu’en tant que parlementaire, je veux être utile. »

 

Philippe BAUMEL
Député de Saône-et-Loire

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer