Autres journaux :


vendredi 7 septembre 2012 à 00:35

Au collège Ferdinand Sarrien de Bourbon-Lancy

Juste inauguré, le nouveau restaurant scolaire séduit déjà



 

 

Pendant un an, la durée des travaux, il a fallut s’adapter, la cuisine centrale de Bourbon-Lancy a assuré un service de liaison chaude pour assurer les repas des 270 pensionnaires du collège Ferdinand Sarrien, soit 2/3 des enfants scolarisés. Mais aujourd’hui, le nouveau restaurant scolaire, qui a coûté 1,75 millions d’euros, a pris le relais.

 

 

 

 

 

Un bâtiment flambant neuf de 700 m2, rouge et paré de bois sur certaines ailes, trône dans la cour de l’établissement, en lieu et place d’une structure qui était arrivée à bout de souffle. Parce que le nouveau restaurant scolaire n’est pas complètement neuf, il s’agit d’une réhabilitation de l’existant, un nouveau souffle donné à un bâtiment vétuste devenu presqu’inutilisable. « C’est tellement bien fait qu’on a l’impression que le bâtiment est entièrement neuf », confie Rémi Chaintron.

 

 

« Bon pour le moral des troupes ! »

 

 

Le président de Conseil général, en visite à Bourbon-Lancy, le jour de la rentrée, est séduit. Comme l’ensemble des collégiens qui se succèdent au self. Les coups de fourchette et les sourires à table en témoignent. Le restaurant scolaire de Bourbon est redevenu un véritable lieu de vie, un lieu de convivialité comme il fait bon en disposer pour motiver tout le monde.

 

« Le restaurant scolaire dans un établissement, c’est quelque chose d’important : le moral des troupes passe par là, confirme Christian Bonnot, vice-président du Conseil général en charge de l’Éducation. Les élèves de 6e qu’on a croisés aujourd’hui (NDLR : mardi) semblent bien intégrés dans cette dynamique et satisfaits de ce bel outil fonctionnel qui permet en plus de valoriser les métiers de nos agents. C’est une forme de reconnaissance de leur travail quotidien. »

 

Un cuisinier (arrivé cette année), une aide cuisinière, cinq agents assurant la restauration et deux l’entretien s’occuperont de faire vivre ce lieu, en étroite collaboration avec la principale, Claudie Gaillard. Grâce à eux, les collégiens ont chaque midi des repas, équilibrés et variés, dans leurs assiettes : deux entrées au choix, pareil pour les desserts, des fruits tous les jours…

 

 

Une superbe outil et un maximum d’idées

 

 

« On veut arriver à leur faire manger de tout, explique la principale. Nous voulons aussi les amener à gérer les quantités. Dans une cantine, on jette 25 % de ce qu’il y a dans les assiettes, il faut changer ces mauvaises habitudes. En ce qui concerne les déchets d’ailleurs, ils devront trier leur plateaux en fin de repas avec des poubelles différentes pour le pain, la viande, les légumes et les autres déchets. Les opérations menées les années précédentes vont également se poursuivre pour leur faire découvrir certains produits (semaine du goût, opération fromage de chèvre, venue des agricultrices du secteur…). On va aussi leur faire confectionner leurs propres salades en mettant des ingrédients à leur disposition dans des plats différents. Bref, on a aujourd’hui un superbe outil et un chef qui a envie de faire plein de choses ! »

 

Et cela tombe bien puisque le Conseil général souhaite apporter quelque chose aux enfants autour du bien manger et du bien vivre, d’où le travail engagé avec les filières courtes dans le département. « Il est important que la restauration collective soit une restauration de qualité », insiste Rémi Chaintron, rejoint dans son propos par son vice-président, Christian Bonnot : « Éduquons nos enfants avec les produits de qualité que nous avons dans notre département et, demain, ils en seront les ambassadeurs. » Avec un restaurant scolaire comme celui de Bourbon, toutes les conditions sont en tout cas réunies pour y parvenir…

 

 

D. C.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “Au collège Ferdinand Sarrien de Bourbon-Lancy”

  1. X dit :

    C’est de l’arnaque, ont a attendus 1 ans à manger du caoutchouc dans une salle de gym. Et la ils manges dans un réfect de ouf tsé.