Autres journaux :


mardi 20 mars 2018 à 20:24

Congrès de la FDSEA à Blanzy

Un contrat de solutions pour diminuer l’usage des pesticides



Ce mardi s’est tenue, à la salle de l’EVA, l’assemblée générale de la FNSEA 71 (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles) en présence de la présidente Christiane Lambert, de Bernard Lacour, président de la FDSEA 71, de députés, du préfet de Saône-et-Loire, d’élus et d’adhérents.


Au total, près de 500 personnes issues du monde agricole, venues dialoguer entre elles, mais surtout venues poser des questions à la présidente nationale.

C’est à Bernard Lacour qu’est revenu l’honneur d’ouvrir la séance. Puis le rapport d’activités a été présenté par vidéo et pour chacun des cinq pays.

Ainsi, Séverine Remaque a débuté pour le Chalonnais sur le thème « Améliorer le vivre ensemble, légitimer notre présence ». Place fut ensuite laissée à Philippe Vuillot, pour l’Autunois Morvan sur « Organiser le réseau, les enjeux de la communication interne ».

Le Mâconnais Sud Bourgogne, représenté par Thibault Laugaa traitait de « Faire face à nos charges administratives ».

Pour la Bresse Bourguignonne, Charolais Brionnais, le sujet était « Reconquérir un revenu » présenté par Edith Bruneau.

En fin de matinée, une table ronde, animée par Laurent Rebeyrotte, Bernard Lacour et Christiane Lambert a mis à jour les problèmes récurrents rencontrés par les agriculteurs. Notamment les prix payés au producteur, les promotions des grandes surfaces qui bradent les produits en permanence et l’usage des pesticides dans l’agriculture.

En réponse à la problématique des produits phytosanitaires, la FNSEA propose un « contrat de solutions » pour continuer à produire dans des conditions optimales, tout en diminuant l’utilisation des pesticides.

Pour Bernard Lacour, président de la FDSEA 71, « Nous sommes à un tournant de l’agriculture. Entre l’arrivée des réseaux sociaux et la mondialisation, tout le monde a un avis sur tout… ».

Ajoutant : « Deux questions se posent : tout d’abord celle du prix payé au producteur et comment on transforme l’accompagnement national dans les cours de ferme. Ensuite, quelles sont nos relations avec le reste de la société ? ».

Et de rappeler que la FNSEA a proposé ce fameux contrat de solutions, qui est un programme qui se déroulera sur plusieurs années (10 ans ?). Il faut que nous trouvions comment diminuer les pesticides et comment les substituer à d’autres moyens. Idem pour les antibiotiques administrés aux animaux.

Et M. Lacour de préciser qu’en 2017, l’administration d’antibiotiques avait diminué de 37%. « Agir, c’est avant tout de la technique. La société évolue et il faut que nos méthodes évoluent également. Le mieux, c’est la prévention…La profession agricole est prête à relever le défi, car nous devons produire l’alimentation de la France. Sinon, les produits arriveront d’ailleurs, sans forcément avoir les mêmes contrôles que nous… ».

Par ailleurs, M. Lacour relate le fait que la fédération a travaillé sur la charte des contrôles.

Et justement, comment éviter que certains agriculteurs en arrivent à des gestes extrêmes, comme cela a souvent été le cas ces dernières années ?

« Nos agriculteurs sont accompagnés afin de ne pas vivre les contrôles comme des drames. Pour information, les agriculteurs sont contrôlés tous les deux ans, voire tous les ans, alors que l’agro-alimentaire ne l’est que tous les dix ans ! » déplore le président départemental.

Enfin, la FNSEA fait son mea-culpa : « Nous ne sommes pas bons en communication et nous devons nous améliorer, afin de faire connaitre notre profession ».

Après l’intervention du maire Hervé Mazurek, Joffrey Beaudot, président des jeunes agriculteurs, Christian Decerle président de la Chambre d’agriculture 71, André Accary président du Conseil départemental et Jérôme Gutton, préfet de Saône-et-Loire ont conclu cette assemblée générale.

L’après-midi a été consacré à la pièce de théâtre des agricultrices. Ces dernières, sur l’air de « Je n’suis pas bien portant » de Marcel amont (J’ai la rate qui s’dilate…) ont listé toutes les tâches auxquelles elles doivent faire face et la liste a été très très longue !

En effet, depuis des années, les agricultrices ont réalisé un travail important. Accompagnement du volet de la famille, la semaine du goût dans les établissements scolaires ainsi que les fermes ouvertes, qui voient les enfants venir au contact des agricultrices sur leur lieu de travail.

Enfin, les agricultrices sont reconnues ! Leurs petits sketches, relatés avec humour, passant de la cotte de travail à la tenue hyper féminine, leur ont valu des applaudissements debout !

De quoi terminer cette assemblée générale sur une note joyeuse.

fd 20031826

fd 2003181

fd 2003182

fd 200318

fd 2003183

fd 2003184

fd 2003185

fd 2003186

fd 2003187

fd 2003189

fd 20031810

fd 20031811

fd 20031812

fd 20031813

fd 20031814

fd 20031815

fd 20031816

fd 20031817

fd 20031818

fd 20031819

fd 20031820

fd 20031821

fd 20031822

fd 20031823

fd 20031824

fd 20031825




Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer