Autres journaux :


jeudi 4 août 2016 à 08:32

Lettre ouverte de la FDSEA et des JA de Saône-et-Loire

A Mesdames et Messieurs les Parlementaires et au Préfet



« Vous le savez, notre Agriculture de Saône-et-Loire est plongée dans une année noire.

Les travaux de récolte touchant à leur fin, un premier bilan peut poindre en grandes cultures. De  nombreuses parcelles destinées aux cultures de printemps (maïs principalement) n’ont pu être  semées du fait de la pluviométrie excessive que nous avons connue lors de ce printemps et ce début d’été. Quant aux cultures d’hiver, elles connaissent – dans leur ensemble – des rendements  catastrophiques, conséquences de l’excès d’eau, des températures négatives de la fin de printemps et du manque d’ensoleillement. Le tout avec des qualités très médiocres qui impactent plus encore le prix qui sera payé aux producteurs. Cet épisode intervient, faut-il le rappeler, dans un contexte de  prix déjà gravement affectés et ce pour la 4ème année consécutive.

De leur côté, certains viticulteurs ont dû purement et simplement rayer les vendanges de leur  agenda, quand d’autres subissent d’importantes pertes de récoltes. Pour tous, la vendange 2016 contraindra à la perte de parts de marché. La situation est là aussi grave, alors que, pour certains, la
récolte 2017 est d’ores et déjà amputée. Vous en connaissez les causes.

L’élevage laitier subit, quant à lui, des cours largement en-dessous des coûts de production, du fait  notamment des cumuls de charges non productives avec les mises aux normes en tout genre et la  modernisation nécessaire pour maintenir l’outil. Comment un éleveur peut-il supporter l’astreinte  quotidienne de la traite avec une production à ce point dévalorisée ?

Quant à l’élevage allaitant, alors que la crise est installée depuis longtemps, les cours ont perdu  quelques 65 centimes du kilo de carcasse en quelques mois, et ce malgré une reconnaissance de la  qualité au niveau national et une exportation souhaitée par de nombreux pays, mais toujours
tributaires de nos pourparlers politiques.

Enfin et après y avoir cru quelques mois, l’élevage ovin retombe dans ses travers coutumiers. La  chute de la Livre sterling qui résulte du vote sur le Brexit a en effet donné un avantage concurrentiel  de poids à l’agneau anglais.

Dans ce contexte, l’analyse est sombre quant à la gestion par l’Etat de son agriculture alors que la  France est passée du 1er au 6e rang mondial des pays exportateurs de produits agricoles et  agroalimentaires en quelques années, un secteur qui demeure malgré tout un des plus beaux  fleurons de notre économie française.

Notre agriculture française a été condamnée à mort par idéologie, et l’exécution de la peine se fait  sous nos yeux du fait de la lâcheté d’une bonne part de nos élites et de nos élus.

Les producteurs sont au bout du rouleau ; ils ne croient plus en leur métier ; la trahison leur fait mal ; elle les blesse. Quant à leur trésorerie et à leur moral, ils sont au plus bas.

Dans nos campagnes, doucement mais sûrement, nos partenaires économiques sombrent avec nous,  avec déjà des licenciements en cours et en prévision chez certains d’entre eux. Ils sont en train de  comprendre qu’ils sont dépendants des producteurs, peut-être faute d’avoir compris suffisamment  tôt le besoin d’en être solidaires. Les dégâts seront, là aussi, irréversibles.

Certes, nous comprenons bien le contexte mondial et ses inquiétudes, nous avons déjà payé un lourd  tribut sur le dossier de l’Ukraine et de l’embargo russe qui en a résulté, nous payons aussi celui avec  la Turquie, pour ne parler que d’eux !

Mais comment font tous ceux, nombreux, qui nous prennent ces parts de marché que nous leur  offrons sur un plateau ? Les minorités y ont-elles autant d’aura chez nous ! L’idéologie et l’égoïsme qui l’entoure peuvent-ils bafouer à ce point le pragmatisme et le collectif qui avaient façonné, année  après année, notre puissance ?

De nombreux dossiers sont en cours et en préparation pour sauver ce qui peut l’être (Zones  intermédiaires, Zones défavorisées, regard sur la PAC 2020…). Pour nos régions, ces dossiers sont  primordiaux, leur aboutissement positif doit permettre le maintien d’une agriculture diversifiée sur l’ensemble des territoires. Mais, à court terme, des solutions économiques fortes s’imposent pour  aider les agriculteurs et leurs structures à limiter les dégâts. Un plan de soutien d’envergure  s’impose.

Si l’enjeu de l’environnement est primordial, nous en sommes les tous premiers acteurs, ensemble, il  nous faut remettre un peu de pragmatisme dans la gestion de ces dossiers, sans céder aux cris  d’Orphée des lobbys qui vivent de la peur de leurs concitoyens.

Un métier qui ne se renouvelle pas est un métier qui se meurt. La Saône-et-Loire a relevé le défi de la  diversité de ses produits, sur le terrain de l’excellence.

 

L’installation doit plus que jamais demeurer, à la fois dans ses politiques et dans ses moyens, une stratégie d’avenir.

Les agriculteurs ont besoin de perspectives ; ils ont aussi besoin de considération.

Sauvez ce qui peut encore l’être ! »

Bernard LACOUR

Damien LEMIERE

Président de la FDSEA Président des JA

new JA FDSEA 17 06 16




Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer